HIGGS (paysages manquants)

2017 - 2019, photodécoupage, dimensions variables

HIGGS (paysages manquants) est un projet sur la déconstruction du paysage.
Le paysage pensé comme une étendue de pays qui s’offre à la vue, laisse place à la dimension chaotique de la nature.
Le paysage La roche, la branche, ou la vague est extraite de son environnement. L’espace du paysage est effacé afin de libérer la forme et son organisation singulière.
Le Modèle Standard décrit les particules fondamentales dont nous sommes faits, comme toute chose dans l'Univers, ainsi que les forces qui les unissent. Le boson de Higgs, particule élémentaire (du nom de l'un des physiciens ayant contribué à sa théorisation, Peter Higgs) serait la manifestation du Champ de Higgs uniforme réparti dans tout l'espace et qui permet d’expliquer comment certaines particules élémentaires acquièrent une masse en entrant en interaction avec ce champ.
Dans cette idée, si le champ du paysage disparaît, existe-il encore un paysage ?
La pierre, le bois, ou l’eau révèle son propre rythme, son mouvement interne et invisible. La fêlure originelle donne le sens de la fragmentation de la matière photographique. Le vide, brouillant les notions de lieu et d’échelle, signe une expansion. A la fin du processus une nouvelle topographie émerge.
Exposé une première fois en 2017 sous forme de digigraphies sur papier Fine Art, le projet se poursuit aujourd’hui et fait l’objet d’expérimentations video, il invoque dans cette forme le mouvement, l’expansion donnée à voir.


        
HIGGS extrait,
video, son de l’univers primordial, de séiseme, d’un homme qui abat un arbre